Après l’annonce de l’opposition abkhaze concernant une manifestation illimitée, le Parquet Général de la République d’Abkhazie a rappelé aux citoyens qu’il fallait respecter les lois et, surtout, la Constitution.

Il a été signalé que des informations faisant appel à la désobéissance civile étaient diffusées sur les réseaux sociaux. Les manifestants sont mécontents des parlementaires qui ont voté presque à l’unanimité contre le report des élections présidentielles du 21 juin au 23 novembre.

La raison en est que le leader de l’opposition Aslan Bzhania est pour le moment soigné à l’hôpital à Moscou après avoir été empoisonné aux métaux lourds. Par conséquent, il ne pourra pas participer aux élections. Ses partisans ont ainsi battu le pavé et se sont rassemblés devant le Parlement en réclamant le report des élections pour que Bzhania puisse se présenter à la présidence.

En conséquence, la manifestation s’est transformée en une demande de démission du gouvernement. Les opposants ont annoncé une manifestation de désobéissance civile et l’état d’urgence. Pour le moment on s’attend à de nouvelles protestations : les employés des transports en commun de la ville de Soukhoumi ont l’intention de faire grève, ainsi que de bloquer des ponts et des routes. Les gens demandent la démission du président actuel Raul Khadjimba.

Dans ce contexte, le ministère de l’Intérieur de l’Abkhazie a prononcé une discours tout en qualifiant les manifestations des opposants d’actions qui pourraient être considérées comme un chantage politique et une manipulation de l’opinion publique.

Le ministère a appelé les citoyens à ne pas perturber le travail des organismes gouvernementaux, ainsi que la vie quotidienne des gens et des touristes de la région. En outre, les autorités ont également rappelé qu’il restait une certaine incertitude entourant le diagnostic de Bzhania.

Les forces de l’ordre recueillent toujours des informations sur l’empoisonnement. Néanmoins, les requérants cachent tout sous la voile de mystère plutôt que de coopérer à l’enquête.

Les réclamations de l’opposition sont en grande partie contraires à la procédure électorale établie en Abkhazie. En outre, elles menacent le secteur touristique du pays. Certains touristes ont déjà refusé de passer leurs vacances en Abkhazie à cause de la situation socio-politique instable. Tout cela profite à l’image politique d’Aslan Bzhania : auparavant, il n’était qu’un opposant ayant perdu les dernières élections, alors que maintenant il devient un combattant martyr contre le gouvernement actuel.

C’est pourquoi il serait mieux pour Khadjimba d’enquêter dès que possible sur un empoisonnement éventuel de Bzhania afin de prouver son innocence et d’essayer de convaincre l’opposition de ne pas troubler la tenue d’élections.

Ces dernières années, la vie politique en Abkhazie s’est développée en coopération étroite avec la Russie. Il est donc difficile de prédire si les mouvements indépendants reflètent les besoins réels de la population et si elles sont prêtes à se battre pour le pouvoir par la force.

Bien que Bzhania ne menace pas les intérêts de la Russie dans la région (au cours des dernières années il a ouvertement montré sa loyauté envers les entreprises et les autorités russes), une crise inattendue remet en question l’efficience des services consultatifs politiques russes dans la République. Cette situation entraînera bientôt un certain nombre de décisions administratives en Russie de la part des responsables chargés de l’Abkhazie. Par ailleurs, il est fort probable que cela nécessitera de réviser toute la politique à l’égard de la République abkhaze, ainsi que de relâcher le contrôle exercé sur le parti et le gouvernement de l’Abkhazie.